Traitement de la dépression : les champignons hallucinogènes sur le banc d’essai

Traitement de grands-meres
Ingrédients: Maïs

Introduction

Traitement de la dépression : les champignons hallucinogènes sur le banc d’essai

La dépression touche plusieurs millions de personnes dans le monde. Selon une récente étude britannique publiée dans la revue The Lancet Psychiatry, les champignons hallucinogènes aideraient à soigner la dépression, et préviendraient les rechutes chez les patients résistants aux traitements.

Un patient sur 5 est insensible aux traitements actuels lorsque beaucoup d’autres, qui voient leur état s’améliorer dans un premier temps, finissent par rechuter.

« C’est la première fois que la psilocybine — une substance contenue dans certains champignons hallucinogènes — est testée dans le traitement potentiel des dépressions majeures », souligne le Dr Robin Carhart-Harris, de l’Imperial College de Londres et directeur de l’étude.

Pour les besoins de l’enquête, 12 patients atteints de dépression modérée à sévère depuis plus de 15 ans en moyenne ont suivi un traitement de 2 jours à la psilocybine. Ils ont ensuite été suivis pendant 3 mois.

→ Les chercheurs ont observé les effets psychédéliques entre 30 et 60 minutes après la prise des gélules, avec un effet culminant 2 à 3 heures après.

→ Une semaine plus tard, les 12 patients présentaient tous une amélioration et huit étaient en rémission.

→ Au bout de trois mois, cinq étaient encore en rémission.

Le Pr David Nutt explique que l’hallucinogène « cible les récepteurs de la sérotonine, comme la plupart des antidépresseurs actuellement disponibles, mais qu’il possède une structure chimique très différente et qu’il agit plus rapidement que ceux-ci ».

Pour autant, vu le petit nombre de patients testés, les chercheurs préfèrent ne pas tirer de conclusions « probantes » sur les effets thérapeutiques de la psilocybine. Les recherches doivent se poursuivre.

• Dans un commentaire joint à l’étude, le Pr Philip Cowen de l’Université d’Oxford reconnaît que les résultats obtenus sur trois mois sont « prometteurs, mais pas complètement convaincants ».

• De son côté, Jonathan Flint, professeur de neurobiologie à l’université d’Oxford, estime qu’il est « impossible » d’affirmer à ce stade que la molécule est efficace sur la dépression.


Les références

Initialement posté à:

https://www.grands-meres.net/traitement-depression